“La culture est le meilleur moyen de relancer l'économie tout en créant du sens”

“La culture est le meilleur moyen de relancer l'économie tout en créant du sens”

“La culture est le meilleur moyen de relancer l'économie tout en créant du sens”

Le bien culturel n’est pas un bien ordinaire. Il ne peut être réduit à sa valeur monétaire, il appartient à la communauté et le prestige qui lui est associé, en font un bien hors du commun. Ces critères spécifiques poussent de nombreuses institutions publiques et privées à prendre des mesures pour en assurer la sauvegarde et s’assurer qu’il soit accessible au plus grand nombre. Dans le monde entier, il fait l’objet d’un traitement spécifique mais depuis les années 70, il s’insère dans une industrie dite “culturelle”. Si cette industrie est très développée dans de nombreux pays à travers le monde, en Afrique, elle reste encore fragile. Souvent mis en cause, au delà du manque de financement, une absence de structures, de rares lieux de rencontres et d’échanges entre acteurs de l’écosystème.

La culture est l’un des leviers les plus importants à actionner pour réhabiliter et relancer l’économie tout en produisant du sens. Ainsi, notre objectif est de créer une plateforme dédiée aux acteurs de la culture en Afrique afin qu’ils puissent dans un premier temps échanger sur les questions structurelles et dresser un véritable état des lieux. Le travail en réseau est crucial dans tous les domaines artistiques et culturels afin de partager les bonnes pratiques éprouvées dans de nombreuses régions du monde. C’est ainsi qu’est née l’idée de créer Action Africa Culture 55.

Le projet est destiné aux acteurs culturels afin d’assurer la diffusion et promotion des oeuvres culturelles. Car nous pensons que ces oeuvres sont faites pour être largement partagées. Mais AAC55 est aussi pensé pour le public africain. Trop souvent l’accès à la culture n’est pas une priorité pour les dirigeants. C’est ce paradigme que nous proposons de contribuer à changer, pour que survive le patrimoine historique et culturel africain et que s’édifie celle du futur.

Action Africa Culture est un projet panafricain et itinérant, englobant le monde francophone, anglophone mais aussi arabophone. De plus, il intègre dans sa matrice la diaspora dans toute sa globalité, Europe, Antilles, Amérique, ainsi reconnu comme le 55ème acteur du continent africain. D’où son nom, AAC 55.

Un premier choix subjectif s’est porté sur six domaines culturels pour lesquels AAC55 serait utile et qui partagent des préoccupations en matière de structuration, de financement, de diffusion et de vente de leurs productions artistiques.

AAC55

L’ambition au coeur de ce projet est d’être au service des artistes et des acteurs culturels. C’est la raison pour laquelle nous avons fondé notre démarche sur la réalisation d’une large étude afin de dresser un état des lieux de l’industrie culturelle en Afrique. Partir des réalités vécues, de leurs préoccupations et de leurs besoins nous semble la meilleure approche pour garantir la pertinence et l’utilité de notre démarche.

Soucieux de pouvoir favoriser les synergies constructives entre les différents acteurs culturels, nous voulons créer un lieu de rencontres et d’échanges. Un lieu vivant, ouvert à tous les artistes qui abritera notamment des conférences, des ateliers pratiques afin de faire émerger des projets concrets et accompagner les créateurs de valeurs à se développer. Un rendez-vous panafricain interculturel incontournable où chacun pourra prendre connaissance des nouvelles idées et participer à la rédaction d’une charte commune pour promouvoir les industries culturelles africaines.

Comme une extension du lieu de rencontres, ACC55 porte un projet innovant : créer une plateforme digitale unique d’informations, véritable annuaire panafricain. Ce dernier intégrera notamment un site internet et une application mobile permettant grâce à la géolocalisation des établissements d’établir une cartographie précise de tous les lieux culturels existants sur le continent africain.

Notre objectif : promouvoir ces espaces et encourager les africains (ou visiteurs) à découvrir ou redécouvrir la diversité des espaces culturels dans leur environnement immédiat, mais aussi être informé des actualités, événements du secteur et bien d’autres fonctionnalités.

Tout comme le digital a su révolutionner les pratiques sur le continent africain, l’écologie s’impose plus que jamais comme un véritable enjeu de développement. Par essence, il est au coeur de la création africaine, car la préservation de notre environnement est depuis toujours au coeur de notre mode de vie. Ainsi, art et écologie seront inscrits au coeur de AAC55. Le rôle des artistes dans ce domaine est prépondérant car à travers leurs créations , ils contribuent à éveiller les consciences, pour faire émerger de meilleures pratiques : utilisation de Matériaux de récupération, agriculture expérimentale ou poésie de la mère-nature. L'art écologique s'affirme de plus en plus comme une véritable tendance de la création contemporaine.

L’idée n’est pas de proposer une énième conférence sur la culture. Mais un lieu d’échanges où les acteurs culturels seront au coeur du dispositif. Et ensemble élaborer une charte afin d’assurer la promotion de la culture et de l’industrie culturelle en Afrique. Cette dernière sera à destination des services publics comme du privé. Pour créer une émulation collective à l’échelle du continent et favoriser la pérennisation des écosystèmes culturels viables desquels vont émerger des projets artistiques innovants.

Ce projet fait le pari qu’en matière de culture la coopération entre le secteur public et le privé est indispensable. Les états doivent prendre leur part de responsabilité en matière de protection de la culture et du patrimoine. Seuls les gouvernements avec leur arsenal législatif peuvent prendre des mesures pérennes de nature à assurer la conservation de ce patrimoine culturel africain. Mais le secteur privé a également sa gamme à jouer dans cette partition. Le soutien des artistes dans l’histoire a toujours été l’oeuvre au départ de particuliers ou privés, des mécènes qui ont crû dans le travail des artistes. Cette qualité doit être encouragée sur le continent africain.

Une des clefs du succès de AAC55 réside en notre capacité à convaincre tous les partenaires que le développement de l’industrie culturelle repose avant tout sur la formation. Que dans ce secteur existe un bassin important d’emplois et de création de richesses. Car de nombreux métiers indispensables au développement de la création artistique n'existent pas sur le continent ou ne sont pas accessibles.

La concrétisation de notre projet passe par la création d’une fondation qui a pour vocation de venir en aide à tous les acteurs culturels et artistes sur le continent africain. En partant de leurs besoins fondamentaux d’accès à l’information pour aller jusqu’à l’accompagnement dans les demandes de dossiers de financements, cette structure aura également pour but d’aider à la circulation des oeuvres culturelles sur tout le continent.